jeudi 6 avril 2017

Un temple Mormon s'installe en France. Le premier en france

Les mormons s'installent près du château de Versailles. Un lieu sacré pour les "mariages éternels", les baptêmes par procuration pour les morts, la méditation : les mormons ouvrent à partir de jeudi les portes d'un vaste temple, leur premier en France métropolitaine, au Chesnay dans les Yvelines, près du château de Versailles. L'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours – nom officiel de la confession mormone –, qui affiche près de 16 millions de membres dans le monde, a vu le nombre de ses temples tripler en vingt ans. Celui de Paris est le 156e. La France est restée à l'écart du mouvement, bien que l'implantation de cette foi se revendiquant comme chrétienne y soit ancienne, avec une première petite paroisse dès 1850, vingt ans après la publication aux États-Unis du Livre de Mormon par le fondateur Joseph Smith.
Aujourd'hui, en proportion, le mormonisme est beaucoup plus présent outre-mer, riche de 28 000 fidèles, contre 38 000 en métropole. À Tahiti, un temple a été consacré dès 1983. Le projet francilien a été annoncé en 1998, mais il a fallu trouver un terrain, l'acquérir, le désamianter, lever les interrogations et oppositions locales. "Quand j'ai vu les mormons pour la première fois, je n'ai pas forcément été très heureux", confie Philippe Brillault, maire Les Républicains du Chesnay, à l'Agence France-Presse. "Quand on a su que ça n'était pas une secte, on a non pas favorisé, mais accompagné leur installation."

"Les riverains trouvent que c'est très bien"

Les mormons "n'ont aménagé que 7 000 mètres carrés, ce qui a permis de créer un jardin ouvert au public, un endroit très calme. Les riverains trouvent que c'est très bien", se rassure l'édile, estimant le coût global de l'opération à "peut-être 80 millions d'euros". Les dirigeants mormons, soucieux de contrôler leur communication, ne confirment ni ne démentent ce chiffre. Mais ils soulignent que l'intégralité du budget a été prise en charge par la maison-mère, à Salt Lake City dans l'Utah aux États-Unis, la Mecque de ces croyants stricts et pudiques sinon austères, conservateurs sur les mœurs, abstinents devant le tabac, l'alcool, le café, le thé...
Porte-parole de l'Église mormone en France, Dominique Calmels n'est pas peu fier de ce bâtiment en pierre de taille, de ses vitraux fleuris, de son aménagement intérieur cossu... Il y manque juste l'ange Moroni, ce prophète soufflant dans une trompette qui orne tant de temples mormons. "À quelques centaines de mètres de l'entrée du château de Versailles, on ne peut pas construire ce que l'on veut", admet-il. Faut-il voir dans ce geste la soif de rayonnement d'une Église connue pour son prosélytisme ? Non, affirme ce grand prêtre, tout en assumant une "volonté de bâtir ce qu'il y a de plus beau pour Dieu".

Baptêmes et mariages

Dans le soubassement du temple ont été érigés les fonts baptismaux, portés comme toujours par douze bœufs symbolisant les tribus d'Israël : là auront lieu les baptêmes par immersion de mormons – férus de généalogie – en faveur de personnes décédées, pour leur salut. Depuis le parking souterrain, on accédera à l'accueil en rez-de-chaussée et, au premier étage, aux salles d'instruction et de "scellement", où l'on liera pour l'éternité les époux entre eux et les enfants à leurs parents, dans des vêtements à la blancheur pure et égalitaire. Pas de culte dominical ici : les mormons ont des églises pour cela (110 en France). Le temple, lieu des "ordonnances sacrées", sera fermé du samedi après-midi au mardi matin.
"J'ai cinq filles, quatre se sont mariées, trois à de jeunes mormons : c'était à Francfort, dix heures de route pour une cérémonie qui dure vingt minutes", se souvient Dominique Calmels. Le temple de Paris va simplifier la vie des mormons de France, ceux qui viennent de loin bénéficiant d'une résidence hôtelière sur place. Mais l'endroit ne sera pas un lieu de convergence des missionnaires, ces jeunes gens endimanchés qui évangélisent par deux – on en compte 300 en permanence en France. Après plusieurs semaines de portes ouvertes, le temple sera consacré le 21 mai. Il sera ensuite inaccessible aux non-mormons, comme à tous les "saints des derniers jours" qui n'ont pas une recommandation en bonne et due forme : la "maison du Seigneur" se mérite.