lundi 24 novembre 2014


Porc et aux crevettes Shumai


Caroline Costa - Comment vivre sans toi Paroles/Lyrics





Depuis ton départ, ma vie est en pleine décadences,  d’incompréhensions

je cherche espoir mais rien ne vient

vivre sans toi, sans vous,

Dadi, Patrice... ,

Rien ne saura plus comme avant.



c'est comme une feuille de la vie que l'on a froissée,

jetée en boule sur le parvis,

où l'on peut lire mes mots d'amour que vous ne pourrez pas lire

ses mots d'amour délavés, par la pluie de mes larmes

craquelés à force d'être déchiré par le chagrin.



J'écris ma peine, je murmure mes sanglots pour qu'ils restent secrets

pour toi, pour vous qui êtes et serez ma force de vivre



Renée - Julie



lundi 17 novembre 2014

je gère ma vie autrement - télé médecine

je gère ma vie autrement

Ce matin, j'ai créer mon dossier médical de suivi et de fils en aiguilles, je me suis retrouvée sur plusieurs sites. ils ont le mérite d'être pratiques

 

Télémédecine : se faire soigner à distance

Télémédecine : se faire soigner à distance
La télémédecine va faciliter l’accès aux soins des personnes qui se déplacent difficilement ou vivent dans une région dépourvue de spécialistes. Premières expériences en cours.
Établir un diagnostic, suivre un patient à risque (diabète…), renouveler une ordonnance… Tout cela est désormais possible via Internet.

Mettre en contact le patient et le personnel médical

Grâce à une webcam ou à la transmission de clichés par fibre optique, la télémédecine met en contact le patient avec son médecin ou plusieurs professionnels de santé entre eux.
Cette pratique permet de pallier le manque de spécialistes (dermatologues, ophtalmologues, psychiatres), de réduire les délais et les coûts, et d’améliorer le suivi des malades, surtout dans les régions moins bien pourvues.
Mais, pour l’heure, le prix d’une consultation à distance, non prise en charge, n’est pas fixé.

La télémédecine dans les maisons de retraite

Les premières expériences ont démarré dans les Établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), où il est plus facile d’organiser une téléconsultation.
À Cluny, en Bourgogne, par exemple, une cabine de consultation fonctionne dans une résidence services pour seniors. Cet appareil transmet au médecin traitant la tension, la température, la fréquence cardiaque, la mesure de l’oxygène dans les globules rouges.
En Alsace les soignants du centre hospitalier de Bischwiller sont guidés à distance par un spécialiste pour le traitement des plaies ou la réfection de pansements complexes.

Télémédecine et dépistages

Des consultations de neuropsychologues sont également organisées pour dépister les troubles neuro-cognitifs.
 Les établissements utilisent un chariot de télémédecine avec micro, caméra, stéthoscope numérique, échographe, électrocardiographe… Petit à petit, ils réalisent des actes de plus en plus techniques et complexes », explique Aurélien Michot, chef de projet télémédecine au Groupement de coopération sanitaire Alsace e-santé.
En Lorraine, l’accent est mis sur le dépistage précoce des accidents vasculaires cérébraux (AVC)  : une équipe pluridisciplinaire analyse à distance les résultats des scanners et des IRM pour décider s’il faut opérer ou dissoudre le caillot.
En Île-de-France, les projets portent sur le maintien à domicile ou en établissement des personnes âgées polypathologiques, ou sur le suivi des malades chroniques.

Les téléconsultations médicales bientôt à domicile

Les téléconsultations médicales ont jusqu’à présent tardé à se mettre en place avec les médecins de ville, faute de cotation des actes et de remboursement.
D’ici la fin 2014, il est prévu que des téléactes médicaux soient financés dans neuf régions pilotes : Alsace, Basse-Normandie, Bourgogne, Centre, Haute-Normandie, Languedoc-Roussillon, Martinique, Pays de la Loire et Picardie.
Ces expérimentations régionales permettront de coter les actes et de déterminer leur mode de remboursement. Ainsi, un médecin généraliste qui suit un patient à domicile pourra demander l’avis d’un spécialiste, rémunéré pour cet acte.
La télésurveillance s’appliquera aux insuffisants cardiaques ou aux diabétiques, grâce à l’enregistrement et à la transmission de données médicales.

La télémédecine coûte encore cher

En France, certaines sociétés privées proposent déjà ce type de service payant. Ces consultations pourraient concerner beaucoup plus de malades, si elles étaient remboursées", explique Christian Azzopardi, directeur général de francemedecin.fr.
Son site facture 15 euros la réponse par messagerie et 3 euros la minute par téléphone ou visioconférence.
"Ces frais sont pris en charge par certaines mutuelles. Aujourd’hui, le médecin répond par un conseil personnalisé. Demain, il pourra aussi établir un diagnostic à partir d’un interrogatoire approfondi ou, à partir de résultats d’examens connectés, prescrire ou renouveler un traitement", termine Christian Azzopardi.

Se soigner sans consulter un médecin

Se soigner sans consulter un médecin

La santé n’est plus du ressort exclusif des médecins. Dans certains cas, sages-femmes, pharmaciens, infirmières ou opticiens peuvent les relayer.
Rompus à l’automédication, les Français sont de mieux en mieux informés sur les maladies. Ils sont à même de pratiquer des tests à domicile, de les lire et de réagir.
Faute de praticiens en nombre suffisant, les délais pour un rendez-vous s’allongent, la distance à parcourir aussi, tandis que le coût des honoraires de spécialistes demeure un frein dans l’accès à la santé des populations les plus modestes.
Pour ces raisons, certains actes médicaux sont progressivement délégués aux pharmaciens, aux sages-femmes, aux infirmières ou aux opticiens.

Des tests de dépistage de la grippe chez le pharmacien 

En poussant la porte d’une pharmacie, vous pourrez désormais obtenir des informations sur la nature de votre grippe ou de votre angine. Réservés jusqu’ici aux généralistes, pédiatres ou ORL, des tests de dépistage rapides peuvent être effectués par les pharmaciens.
 Il s’agit d’une orientation de diagnostic à destination du médecin, pour le dépistage des angines, grippes mais aussi du diabète, indique Alain Delgutte, pharmacien à Nevers. Pour ces tests, les pharmaciens doivent prévoir un lieu confidentiel.”
Pour les angines à streptocoques A, le test oro-pharyngé donne en 7 minutes l’origine des maux de gorge. Si le test est négatif, vous ferez l’économie d’une consultation.
Le pharmacien peut vous délivrer alors directement, par exemple, un anti-inflammatoire ou un antalgique pour atténuer la douleur. Ce n’est qu’en présence d’une angine bactérienne (10 à 20 % des cas chez l’adulte) que vous consulterez un médecin pour une prescription d’antibiotiques. 
Si vous vous sentez grippé, votre pharmacien pratiquera un test naso-pharyngé, jusqu’à présent réservé au médecin. Là encore, vous obtiendrez la réponse en moins de 10 minutes. Vous repartirez avec les médicaments appropriés s’il s’agit d’un virus et que votre état n’inspire aucune inquiétude.
Si vous avez la grippe, de la fièvre et un encombrement respiratoire, cela peut nécessiter l’intervention du médecin et un arrêt de travail. D’autant qu’un état grippal peut cacher une pneumopathie aiguë ou une méningite que le test ne repère pas.
Dans les mêmes conditions, le pharmacien peut pratiquer un test d’évaluation de la glycémie pour le repérage d’une hypoglycémie ou d’un diabète.
Combien ça coûte ? Si les tests sont fournis gracieusement par l’Assurance-maladie aux médecins du réseau de surveillance Sentinelles –  qui regroupe 1 300 médecins depuis 1984 –, ce n’est pas encore le cas pour les pharmaciens.
Le prix du test est actuellement négocié par le Collectif national des groupements de pharmaciens d’officine ainsi que la rémunération du temps que vous consacrera le pharmacien.

Des lunettes en direct chez l’opticien

Difficile d’obtenir un rendez-vous dans un délai raisonnable auprès de son ophtalmologiste. La profession perd environ 200 spécialistes par an et le temps d’attente moyen, selon les régions, va de 6 mois à 1 an.
Si vous avez plus de 16 ans et une prescription de moins de 3 ans, votre opticien peut renouveler, avec ou sans modification, vos verres correcteurs, rappelle Christian Roméas, président du Syndicat des opticiens entrepreneurs. À l’avenir, cet acte pourrait devenir possible pendant 5 ans, mais uniquement sur présentation de l’ordonnance.” 
Toutefois, l’ophtalmologiste ne doit pas avoir indiqué sur l’ordonnance son opposition au “renouvellement avec adaptation” par l’opticien, ce qu’il doit faire lorsqu’il surveille, outre votre vue, un glaucome, une cataracte, les conséquences d’un diabète ou un risque de dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA).
Combien ça coûte ? Le renouvellement ou l’adaptation des verres et de la monture n’est généralement pas facturé, même si un tarif est affiché chez l’opticien, s’il est suivi de l’achat des lunettes.
Vous réglerez la monture et les nouveaux verres et serez remboursé normalement à raison d’une paire par an.

La sage-femme plutôt que le gynécologue

Près de la moitié des sages-femmes assurent les suivis de contraception, de grossesse et les post-accouchements.
Depuis la loi de 2009, les sages-femmes libérales pilotent toute la contraception des femmes en bonne santé : prescription de contraceptifs, pose d’un stérilet ou d’un implant, pratique d’un frottis de dépistage”, indique Marie-Josée Keller, présidente de l’ordre des sages-femmes. 
Combien ça coûte ? La consultation est facturée 23 €, remboursée à 70 %, un tarif  équivalent à celui d’un médecin généraliste de secteur 1, sensiblement inférieur à ceux des gynécologues.

Une infirmière libérale pour les vaccins

Les infirmières libérales travaillent de concert avec les médecins libéraux et les pharmaciens au sein de coordinations interprofessionnelles ou pour la prolongation de certaines prescriptions. C’est le cas notamment pour un vaccin contre la grippe.
Après une première vaccination effectuée par un médecin, les infirmières en pratiquent une deuxième. Elles peuvent également renouveler un traitement contraceptif ou prescrire des bas de contention qui sont, de ce fait, remboursés”, explique Jean-Jules Mortéo, président de l’Union régionale des professionnels de santé infirmiers d’Île-de-France.
Combien ça coûte ? Pas de tarifs de consultation pour les infirmières, mais des actes codifiés. La vaccination contre la grippe, par exemple, est facturée 6,30 € remboursée à 60 % par l’Assurance-maladie, contre 23 € chez le généraliste remboursée à 70 %.

Des produits pour lentilles en magasin

Pour mieux faire jouer la concurrence, la loi Hamon sur la consommation prévoit que les produits d’entretien pour lentilles seront, en 2014, vendus en magasin, et non plus seulement en pharmacie ou chez les opticiens.
Un changement que regrette Alain Delgutte, pharmacien, pour qui la concurrence s’exerce déjà avec une fourchette de prix comprise entre 5,90 € et 16,90 € pour un mois d’entretien”.
Christian Roméas, président du Syndicat des opticiens entrepreneurs estime que  l’actuel monopole permet un contrôle minimum des produits d’entretien, de leur origine et de leur composition. 

Des autotests en vente libre

Les tests de grossesse, vendus jusqu’ici en pharmacie, seront bientôt disponibles en grandes surfaces. Objectif : faire baisser leur prix.
Pour Marie-Pierre Martinet, secrétaire générale du Planning familial, cette accessibilité participe à l’autonomie des femmes dans la maîtrise de leur fécondité”.
En revanche, elles ne pourront pas bénéficier des conseils d’un pharmacien.
Autre nouveauté, les autotests de dépistage du VIH, déjà autorisés aux États-Unis et au Royaume-Uni, pourraient, début 2014, être accessibles en pharmacie. En France 30 000 à 40 000 personnes seraient séropositives sans le savoir.
Cet accès direct et anonyme aura le double avantage d’offrir une prise en charge précoce et de réduire les risques de contamination”, plaide l’association Aides.
Attention : l’autotest sera à la charge de l’utilisateur alors que le dépistage en centre ou en unité mobile est gratuit.



vendredi 14 novembre 2014

j'adore la soupe viétnaniemne

Soupe vietnamienne Bun thang

Si vous partez en vacances... à Hanoi ou Hà Nội... comme on l'écrit là-bas, ne manquez pas cette énième spécialité du Vietnam qui n'a pas à rougir de la comparaison avec les autres soupes locales... Bún bò Huế... Hủ tiếu... Phở bắc... etc

Quelqu'un a sorti le jeu de mot Viet Miam pour Việt Nam... C'est vrai que c'est un grand lieu commun... mais l'une des choses les plus agréables à faire au Việt Nam comme dans nombre de pays d'Asie du Sud-Est est certainement de se sustenter...!

 ( photo : Alexandre Paris, 2.0 Generic )
Il suffit de se promener en ville, d'ouvrir les yeux et avec un lexique, de visualiser l'offre gourmande des restaurants pour comprendre que la capitale vietnamienne ne vous permettra pas de perdre des kilos... Tant mieux d'ailleurs, histoire d'avoir à vous alimenter en recettes de toute sorte...

( photo : Z. Phuong, CC AS 2.0 Generic )
Dans cette ville fondée au 11e siècle, proche du delta du Fleuve rouge nourricier, de la mer et des provinces chinoises du sud, s'est façonnée au cours du temps une cuisine typique et originale qu'on connait davantage grâce à l'engouement de la soupe phở en Occident.

( photo : andreakw, CC AS 2.0 Generic )
La cuisine locale a la réputation de jouer sur les saveurs salées, acides, amères, d'être assez équilibrée et de ne pas être très épicée... le piment sera servi à part et le sucre est banni de nombre de préparations : les puristes rappellent que dans les bouillons, comme celui du phở ou de notre recette du jour, on ne met pas de sucre !

( photo : nguyenduong, CC AS 2.0 Generic )
C'est au sud du pays d'ailleurs qu'on apprécie les saveurs plus sucrées et plus épicées. On y sert aussi avec le phở, une assiette de crudités comportant des ingrédients spécifiques selon Le Courrier Du Vietnam, comme le basilic thaï ou les germes de haricots mungo.

 ( photo : kudumomo, CC AS 2.0 Generic )
Depuis, c'est une pratique qui s'est généralisée aujourd'hui dans nombre de restaurants vietnamiens quand on sert cette soupe. A Hà Nội, retour au basique : dans l'assiette, du citron, quelques herbes aromatiques,  du piment... et puis le bocal de glutamate pour les intimes...

( photo : reeveb, CC AS 2.0 Generic )
Si vous êtes un grand fan de cette soupe de nouilles et que vous ne pouvez pas vous en passer... sachez que  Pham Tiên Tiêp a remporté récemment le titre de meilleur barman du Việt Nam en créant un cocktail au parfum du phở... 

( photo : phswien, CC AS 2.0 Generic )
On vous l'accorde... il n'y a que là-bas qu'on voit çà ! Badiane, cardamome, cannelle, coriandre et vin se retrouvent dans le breuvage que vous pouvez déguster en admirant la dextérité du jeune homme au bar de l’hôtel Métropole à Hà Nội !

( photo : P. Garnhum, CC AS 2.0 Generic )
Devant la renommée de cette soupe, on peut comprendre que notre recette du jour, le Bún thang soit dans l'ombre en cuisine : vous aurez certainement du mal à trouver cette spécialité dans les restaurants vietnamiens en France, peut-être bien à cause de la concurrence du phở au poulet à la carte...

( photo : noodlepie, CC AS 2.0 Generic )
Raison de plus de faire cette recette qui demande pas mal d'ingrédients mais est très facile à réaliser. Une petite leçon de vietnamien ??? C'est plus facile à écrire qu'à parler... Bún désigne le vermicelle de riz comme Bò Bún, ce plat complet avec des crudités et du bœuf, devenu un classique asiatique dans l'hexagone.

( photo : Nguyen Thanh Quang, CC AS 3.0 Unported )
Le mot thang désignant avec le vermicelle cette soupe, est d'origine chinoise : on trouve à l'intérieur de notre bol fumant, du poulet, de la mortadelle vietnamienne giò ou chả lụa ainsi que de la poudre de crevettes et de l'omelette, le tout baignant dans un bouillon parfumé avec quelques herbes.
( photo : noodlepie, CC AS 2.0 Generic )
Comme plusieurs plats du nord du Việt Nam, cette soupe est aromatisée en option... avec la très odorante pâte de crevettes mắm tôm et d'une essence d'insecte rarissime, le cà cuống... une essence phéromone qu'on trouve sur de grosses punaises d'eau mâles pour attirer les femelles.

 ( photo : Takoradee, CC AS 3.0 Unported )
Ces insectes vivant en Asie, appartiennent  à la famille des bélostomes et sont en voie d'extinction : il vaut mieux maintenant se passer de cet ingrédient qui atteint des sommets côté prix ou essayer un succédané chimique, artificiel...
( photo : mattvn, CC AS 2.0 Generic )
Dans la capitale vietnamienne, vous trouverez une multitude de plats commençant par Bún, illustrant l'importance des pâtes à base de riz : Bún ốc ( avec des escargots ), Bún đậu ( avec du tofu frit et de la pâte de crevettes ), Bún chả ( avec des grillades de porc ) ou Bún riêu cua ( avec de la mousse de crabe ) etc...

( photo : noodlepie, CC AS 2.0 Generic )
La raison est que les pâtes de riz demandant moins de céréales, on a privilégié l'alimentation à base de riz via les nouilles pour des raisons économiques de pénurie, dans le temps. Ainsi le riz blanc est plutôt réservé pour le repas du soir...

( photo : Hanoi Mark, CC AS 2.0  Generic )
Bien sûr, devant leur succès, on trouve la plupart de ces plats le soir... Il est vraiment difficile de faire un régime là-bas ! Si vous ne mangez pas de porc, vous pouvez ne mettre que des os de poulet et acheter dans les supermarchés asiatiques du pâté vietnamien qui existe au bœuf. A défaut... du jambon de volaille fera l'affaire.
 ( photo : IRLI, CC AS 2.0 Generic )
Certains d'entre vous ont effectivement du mal à faire les recettes du fait de la spécificité des ingrédients pour pas mal de préparations : aujourd'hui, vous ne devriez pas avoir trop de difficultés, même en vous approvisionnant dans un hypermarché classique.

( photo : M. Foley, CC AS 2.0 Generic )
Acheter par exemple des vermicelles de blé type capellini ou faire la poudre de crevettes avec des crustacés frais et cuits que vous allez réduire en poudre puis assaisonner d'un peu de sauce de poisson avant de passer à la poêle.

Temps de préparation : 2 H
Ingrédients pour 6 personnes :

1 coquelet ou 2 cuisses
2,5 à 3 L d'eau
1 oignon blanc
750 g d'os de porc et de poulet
400 à 500 g de vermicelles de riz bun
1 œuf
2 tranches de pâté vietnamien gio
2 cuillères à soupe de sauce de poisson
1 petite cuillère à soupe de sel
4 cuillères à soupe de crevettes séchées ( facultatif )
3, 4 tiges d'oignons verts
1/2 botte de coriandre ou de " menthe laksa " rau ram
1 pot d'échalotes frites ( facultatif )
1 à 2 cuillères à café de pâte de crevettes mam tom ( facultatif )
1 citron.

Préparation : 
Etape 1 préparer tout d'abord le bouillon qui nécessite 1 H, 1 H 30 de cuisson : faire chauffer l'eau dans un grand faitout et rincer les os et le poulet à l'eau vive, égoutter puis ajouter à l’ébullition avec 1 cuillère à soupe de crevettes séchées et l'oignon blanc épluché et détaillé. 

 Couvrir pour une demi-heure à feu doux : écumer régulièrement et au terme, assaisonner avec la sauce de poisson et le sel, continuer à faire mijoter  pendant 40 mn en ajoutant le coquelet. 
 Faire mijoter toujours à couvert et à feu doux : dégraisser et écumer. Nettoyer et hacher grossièrement l'oignon vert et la coriandre ( ou l'herbe rau ram ).

Etape 2 enlever ensuite la volaille puis filtrer le bouillon en sortant les os avec une passoire et un linge propre ( type mousseline ) : remettre le bouillon dans le faitout en continuant à dégraisser. 

 Gouter au bouillon, rectifier l'assaisonnement et rajouter au besoin un peu d'eau. Préparer l'effiloché de crevettes en trempant 3 cuillères à soupe de crevettes séchées dans un petit bol d'eau tiède pendant 15 mn. 
 Verser l'eau de trempage dans le bouillon, égoutter puis écraser les crevettes dans un mortier avec un pilon ( ou au robot ) pour avoir une pâte. Ensuite, dans une poêle antiadhésive, étaler à feu doux et remuer avec des baguettes pour sécher et aérer : vous obtiendrez cet effiloché de crevettes.
Etape 3 quand le coquelet est froid, enlever la peau et avec les doigts, déchiqueter la chair pour avoir de fines lanières de volaille. 
 Casser et battre un œuf dans un bol avec un filet de sauce de poisson, verser un peu d'huile dans un wok puis faire cuire l'omelette en étalant le plus possible : quand c'est cuit, l'étaler sur une planche et laisser refroidir. 

 Rouler cette omelette et avec un couteau aiguisé, couper en fines lamelles. Détailler aussi le pâté vietnamien pour obtenir de fines allumettes de charcuterie. 

Etape 4 préparer la sauce à la pâte de crevettes en mélangeant dans un bol la pâte mam tom avec du jus de citron et un zeste de sucre : touiller jusqu'à avoir un résultat homogène et à peine liquide. 

 Réchauffer le bouillon et faire cuire également le vermicelle de riz selon les indications du paquet, arrêter la cuisson en égouttant et en arrosant d'eau froide en remuant l'ensemble. 

 Dans chaque grand bol par personne pour le dressage : mettre une portion de vermicelle de riz, un peu d'omelette, de paté vietnamien et de poulet émincé, arroser généreusement de bouillon chaud puis parsemer d’effiloché de crevettes, d'herbes aromatiques et d'échalotes frites. 

 Pour le final, poivrer et éventuellement ajouter une petite cuillère de sauce mam tom pour les aficionados... Mangez maintenant !!!

c'est bien expliqué

Jiaozis, les raviolis du Nouvel An !

Bonne année à tous ! Une recette de nouvel an pour bien commencer les premiers jours du printemps avec ces raviolis pékinois afin de vous apporter de la prospérité... Qui a dit que c'était la crise ???

Nous revoilà à sortir à nouveau, farine, rouleau à pâtisserie et tout le toutim pour déguster aujourd'hui 1er jour de l'année du Dragon,  des raviolis et plus précisément ce que l'on appelle des jiaozis, une spécialité du nord de la Chine, intitulée souvent " raviolis pékinois "...

Le jour de l’an, dans les régions où la culture du blé est majoritaire et la consommation de pâtes alimentaires prédominante, toute la famille prépare et déguste des jiaozis cuits à l'eau car c'est une spécialité délicieuse mais aussi pour le symbolisme de leur forme…

 ( photo : Prattflora, CC AS 2.0 Generic )
La demi-lune obtenue ressemble aux anciens lingots d’or qui existaient sous la dynastie Ming, le symbolisme des repas du Nouvel An a encore frappé... Certains vont même jusqu'à les manger lors du réveillon à minuit pile en espérant la fortune !

( photo sous CC AS 3.0 Unported )
Une dégustation pleine de sens pour accompagner les nombreux vœux de bonheur et de prospérité exprimés lors de cette période, auxquels nous nous associons bien volontiers en y ajoutant des souhaits de bonne santé pour tous ! Bonne année à vous tous ! 新年快乐 !!! Chúc mừng năm mới !!!

 ( photo : C. Teo, CC AS 3.0 Unported )
Des vœux en chinois et en vietnamien où la fête doit battre son plein là-bas entre festins, offrandes, décorations, feux d'artifice et petits cadeaux pour alimenter un cérémonial immuable... même au 21e siècle...

( photo : V. Tran, CC AS 3.0 Unported )
Cette recette est familiale, dans la mesure où on va la préparer de A à Z, à la petite différence de nos wontons ( ou wantans ), les raviolis du sud faits avec des petits carrés de pâte très fine, qu'on peut acheter pour plus de facilité dans le commerce et qu'on mange généralement avec le bouillon de cuisson

( photo : mooogmonster, CC AS Generic )
 Cela dit, on doit pouvoir trouver en France des ronds de jiaozis prêts à l'emploi pour faciliter la tache de tout un chacun, comme en Asie... et peut-être en avez vous déjà mangé dans les restaurants japonais car l'influence de la cuisine chinoise a passé les frontières du soleil levant pour s'appeler là-bas avec la phonétique, gyozas...

( photo sous CC AS 3.0 Unported )
Traditionnellement, on déguste les jiaozis cuits à l'eau et pour les restes... lors du repas suivant, on les fait revenir au wok pour qu'ils soient grillés, ce qui est devenu une préparation aujourd'hui très prisée. Quant à l'eau de cuisson devenue bouillon parfumé, rien ne se perd... Il y en aura pour tout le monde !

( capture d'écran, Francetv )
L'autre grand plat du nouvel an est la dégustation des rouleaux de printemps chun juan, des pâtés impériaux frits dans les galettes de blé afin de célébrer autant la nouvelle année que la renaissance de la nature. N'hésitez pas à vous lancer dans cette grande spécialité, que nous avions préparé il y a quelques semaines, pour fêter le Dragon !

 ( photo : Prenn, CC AS 3.0 Unported )
C'est l'année la plus faste de tout le calendrier chinois... Les couples se seront mis au travail pour faire naitre leur progéniture pendant cette période... Avoir un enfant de ce signe mythique, le seul des 12 animaux qui n'existe que dans l'imagination des Hommes, est un gage de bon augure... A quatre mois près... c'était bon pour moi !

( photo : BrokenSphere, CC AS 3.0 Unported )
Les rouleaux de printemps avaient été dans le trio de tête des 10 plats chinois les plus appréciés des " étrangers " avec le poulet gong bao et le porc aigre-doux. Les jiaozis se classant en 6e place... dans ce best of sans surprise avec les wantans en bonne compagnie, du riz frit, les nouilles sautées, l'inestimable canard laqué, le tofu de Madame Mapo... et curieusement les crevettes aux noix de cajou !

( photo : BrokenSphere, CC AS 3.0 Unported )
 Une recette en retour de flammes... puisque ces raviolis vous avaient été proposés il y a 18 mois et qu'on a modifié la préparation de la pâte, les formes ainsi que le mode de cuisson. La cuisine et notre manière de faire évoluent avec le temps...


 Temps de préparation : 2 H 30

Ingrédients pour 4 à 5 personnes :
( 30 raviolis, 40 petits )

Pour la pâte :
250 g de farine de blé
15 cl d'eau
2 cuillères à café d'huile de sésame.

Pour la farce :
400 g de viande de porc ( type échine désossée )
150 g de poireau ( blanc et la tige verte )
1 morceau de gingembre épluché ( de la taille d'un demi-pouce )
1 cuillère à café rase de sel
1/2 cuillère à café de sucre
1 pincée généreuse de poivre
1 cuillère à soupe d'huile de sésame.

Préparation :

Etape 1 la pâte d'abord car elle doit reposer ensuite : faire chauffer de l'eau bouillante,  ajouter l'huile de sésame, mélanger puis verser sur la farine disposée dans un saladier. Travailler avec une cuillère pour incorporer l'ensemble. 

 Laisser tiédir et travailler à la main à présent pour former une boule que vous laisserez reposer 30 mn sous un linge humide. 

 
 Etape 2 nettoyer pendant ce temps le poireau, éplucher le gingembre et détailler grossièrement ces ingrédients ainsi que la viande de porc. Passer maintenant ces trois ingrédients au hachoir, grille moyenne dans un saladier où vous ajouterez les aromates. Bien mélanger l'ensemble et réserver au frais. 

 Etape 3 fariner ensuite largement un plan de travail et travailler progressivement avec les deux mains la pâte que vous malaxerez pendant 5, 10 mn pour rendre celle-ci homogène et élastique. 

 Étaler grossièrement en une forme ronde, faire un trou pour avoir un anneau de pâte que vous couperez afin d'avoir un rouleau circulaire, à peu près rectiligne. Le rouler à la main un moment pour égaliser et diviser en deux ( voir photos ou vidéo ). Vous en mettrez une partie dans le saladier sous un linge humide.
 
 Etape 4 on travaille sur un pâton en roulant à la main sur un peu de farine pour que la pâte obtenue soit de forme circulaire et homogène. 

 Couper ensuite au couteau un morceau de la taille d'1 cm et travailler avec les doigts pour former un rond. 

 Appuyer sur ce morceau de pâte pour avoir la forme du jiaozi que vous allez ensuite affiner avec le rouleau à pâtisserie de part et d'autre. 

 Terminer en découpant avec un bol ou un emporte-pièce si la forme obtenue n'est pas complètement ronde ( 8 cm ou 10 pour les grands ). 

 Continuer jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de pâte...

Etape 5 afin d'éviter que cela sèche, mettez vos ronds sous le linge humide. 

 Chaque cercle va d'ailleurs être bientôt un ravioli car vous humidifierez le bord de la pâte pour coller.

 Au milieu vous disposerez une petite cuillère à soupe de farce, aux 3/4 pour les grands ( 1 cuillère à café pour les petits ) et vous scellerez les extrémités en appuyant fermement sur la pâte. 

 Le jiaozi bien fermé, faire des pliures esthétiques sur la pâte qui s'y prête facilement avec les doigts ( voir photos ) puis passer au suivant !

Convoquer moitié, enfants ou amis avant le repas pour cet atelier culinaire... grand moment de convivialité et de franche rigolade en perspective. A ce moment là, vous n'avez que l'embarras du choix pour le mode de cuisson.

Cuisson à l'eau : faites bouillir une grande casserole d'eau salée et dès l'ébullition, verser 6 à 8 raviolis ( selon la taille du contenant... ). 
 dès qu'ils remontent à la surface, compter environ 1 petite minute puis retirer les de l'eau, ils sont cuits et prêts à être dégustés...

Cuisson à la vapeur : mettre les jiaozis dans un panier vapeur pour 10 mn en prévoyant un fond pour éviter que cela ne colle au panier ( feuilles de salade, papier sulfurisé avec des trous ).

 Cuisson au wok : mettre une cuillère d'huile, placer quelques jiaozis dans le wok à feu moyen, les faire griller pendant 1 bonne minute en évitant de les coller puis verser un verre d'eau et couvrir pour 5, 6 mn de cuisson à l'étouffée.

 Au terme, si il n'y a plus d'eau, vos raviolis sont cuits. Vous pouvez aussi les faire revenir dans le wok sur les deux côtés, ce qui raccourcira le 2e mode de cuisson si vous aimez vos raviolis bien grillés.
Ces jiaozis sont à manger bien chauds avec une sauce d'accompagnement comprenant de la sauce de soja claire et du vinaigre de riz noir à part égale que vous pourriez épicer en y ajoutant des morceaux de piment ou du gingembre haché. Possibilité de varier les plaisirs avec du vin de riz... ou de l'huile pimentée.

Dans la mesure où il s'agit d'une recette assez longue à préparer, n'hésitez pas à les réaliser la veille ou quelques jours avant et réchauffer les ensuite dans de l'eau bouillante ou à la vapeur quelques minutes, avant de servir...