mercredi 16 mars 2016

Devenir une meilleure version de soi-même

Barbara Fredrickson :
 Devenir une meilleure version de soi-même
Article modifié le
 
 
Nos pensées et émotions ne sont pas neutres : elles ont un impact direct non seulement sur notre propension au bonheur, mais sur notre santé biologique. C’est l’une des leçons de la psychologie positive, dont Barbara Fredrickson est l’une des grandes figures. Elle enseigne à l’université de Caroline du Nord, à Chapell Hill, et a publié notamment Love 2.0 (Marabout, 2014) et Vivre heureux grâce à la pensée positive (Larousse, 2015). Elle donne une conférence le 29 mars à Paris (Espace Reuilly), et anime un atelier le lendemain (Espace Trinité). Détails ici :  http://www.rencontres-perspectives.fr/prochaines_rencontres.htm

Pourriez-vous présenter brièvement votre théorie d’élargissement et construction des émotions positives ?
Les recherches nous apprennent que les émotions positives agissent comme des éléments nutritifs. Alors que tout ce qui procure une expérience de joie, de reconnaissance, ou de sérénité peut sembler éphémère et sans conséquence, la science montre que ces expériences influencent la façon dont notre cerveau fonctionne, et élargissent nos cadres de pensée pour que nous devenions plus tolérants, plus souples. Plus nous vivons de tels moments d’élargissement de conscience, plus nous renforçons nos ressources et notre capacité à la résilience. Voilà ce que j'ai appelé la « théorie d’élargissement et de construction des émotions positives. » Elle explique la valeur cachée des émotions positives, et comment même des petits moments privilégiés s’accumulent pour nous aider à devenir de meilleures versions de nous-mêmes.

Qu’est-ce que la psychologie positive nous apprend sur le bonheur qui soit vraiment inattendu, ou vraiment innovant par rapport au développement personnel ou au sens commun ?
Ce que je trouve le plus surprenant c’est que les expériences positives partagées au quotidien ont des implications pour notre santé physique, rendant par exemple notre cœur plus résistant. Souvent, lorsque nous pensons à l'amour et à la positivité, il nous vient à l’esprit des images de cœurs échappés de bandes dessinées. Or, lorsque nous partageons un rire ou un sourire, chacun de nous fait un petit quelque chose pour son système cardiovasculaire.

Quels exercices faciles recommanderiez-vous de mettre en œuvre au quotidien pour se sentir plus heureux ? Et comment maintenir ces bonnes résolutions ?
D’abord, tout simplement prendre l’habitude de réfléchir à nos connexions. Chaque soir, pensez aux gens avec qui vous avez passé du temps. Vous êtes-vous senti proche d'eux ? En accord avec eux ? Mon équipe et moi avons constaté que ce simple exercice peut augmenter le bien-être émotionnel et contribue à une bonne santé cardiovasculaire. Une autre façon est de pratiquer des formes anciennes de méditation qui favorisent la culture de la compassion. Le site Web de mon livre Love 2.0 (www.PositivityResonance.com) offre plusieurs méditations guidées gratuites que les gens peuvent utiliser pour explorer cette pratique simple, mais puissante.

La course au bonheur n’est-elle pas vaine puisque nous nous lassons même de lui, en vertu du phénomène d’« habituation hédonique » ?
Nos recherches montrent que certaines interventions défient réellement l'adaptation hédonique, nous rendant plus forts au fil du temps. La méditation, en particulier les formes que je décris dans Love 2.0, en est une. L'adaptation hédonique est un vrai phénomène, cependant, qui souligne l'importance de rester concentré sur nos émotions, plutôt que nous laisser porter par n’importe quelle expérience de psychologie positive.

Votre travail se concentre sur l'impact biologique des émotions. Pensez-vous que l’exercice physique, et non pas seulement mettre l’accent sur nos choix de vie et nos pensées, contribue au bonheur ? Le cas échéant, le travail sur le corps ne devrait-il pas être une priorité ?
Vous soulevez un point excellent. L'état de votre corps, à commencer par votre santé cardiovasculaire ou votre système immunitaire, vous rend plus ou moins apte à vivre des émotions positives dans la vie quotidienne. Les recherches montrent que le phénomène joue dans les deux sens : les émotions positives renforcent la santé physique, et réciproquement. Donc l'amélioration de votre santé physique, par la gymnastique par exemple, contribue également au bonheur. Ce ne sont pas des domaines séparés, mais véritablement intégrés.