jeudi 12 mai 2016

la science admet maintenant que le pouvoir de l'esprit sur la douleur est considérable et parfois plus puissant que les antalgiques habituels

il faut reprendre Possession de son corps, l'aimer, l'aider, le chérir même, retrouver l'énergie qu'il y a en nous. au diable la colère, les excuses, les angoisses vous êtes vous, vous êtes ce que vous avez envie d'être, réapprenez à sentir votre corps

Lorsque Charlemagne voulut porter un coup fatal aux "barbares" Saxons, il fit abattre un arbre colossal qui, pour eux, soutenait le ciel. Irminsûl (la "puissante colonne") était  toujours vert, tant en hiver qu’en été. Personne ne sait quelle sorte d’arbre il s'agissait et on suppose qu'il se trouvait dans la forêt de Teutberg (en Allemagne, côté Pays-Bas), mais son nom est resté gravé dans la légende.

Plusieurs arbres ont, comme Irminsûl, porté la légende d'un pays, d'une ville, d'une province. Celui de Bouddha au Sri Lanka, l'Arbre de Vie à Bahreïn (qui marquerait le lieu du jardin d'Eden) en sont encore des exemples parfaits, mais, même s'ils étaient plus modestes, il y a eu un peu partout des arbres totémiques. Mais combien reste-t-il dans le monde de ces arbres chargés  de symboles, de sens et de magie. Même en Afrique, il n'y a plus guère d'arbres sacrés.

Chez nous, quelques légendes subsistent (l'arbre de Saint Louis, le chêne de Brocéliande..) mais on en montre seulement des "copies" récentes, les originaux sont morts depuis longtemps. On ne sait même pas précisément où ils étaient, ni ce qu'ils signifiaient. Et lorsqu'on parle aujourd'hui d'arbres "remarquables", on fait référence à leur circonférence, à leur hauteur ou à leur âge plutôt qu'à leur légende et leur puissance d'évocation.

Où sont donc passés tous ces arbres chargés d'histoire, lieux de cérémonies et de célébrations, protecteurs ou médecins ? N'imaginez pas qu'ils ont été débités bêtement par des charpentiers ignorants à la recherche de poutres. Non, ils ont été abattus sciemment par ceux qui savaient quel était leur pouvoir et qui voulaient ruiner la culture de ceux dont ils voulaient faire leur proie . Ces arbres ont été, en leur temps, nos Bouddhas de Bâmiyân, abattus, comme eux, pour leur pouvoir ésotérique.

Tout cela n'était, me direz-vous, que de la superstition. Pas tout à fait, car on admet maintenant qu'un arbre est un être communiquant très sophistiqué. Notre science a dû déballer tout son matériel d'expérimentation pour découvrir ces dernières années qu'il échange avec ceux de sa propre espèce, mais aussi avec les autres espèces qui l'entourent. Il communique par les odeurs, par ses hormones, par ses racines, avec l'aide des champignons. On vient d'apprendre qu'il échangeait des nutriments avec d'autres arbres et qu'une forêt se comportait comme un groupe. Et on découvrira sans doute un jour qu'il communique avec les animaux, donc avec nous, sauf que nous ne l'entendons pas.

Cette intimité perdue peut être retrouvée simplement en s'approchant d'un arbre comme on le ferait avec un animal, prudemment mais résolument. On le regarde, on l'apprivoise, on le touche, on l'enserre si l'on peut, on s'adosse. Le printemps est idéal pour cette expérience, lorsque la sève monte à flots pour abreuver les bourgeons et les petites feuilles naissantes qui dansent au bout de grosses branches sombres. Pour vous aider et mieux connaître leur histoire vous pouvez vous procurer le HS du magazine Plantes & Santé intitulé l'Energie des arbres (Plantes & Santé est sans doute le meilleur magazine de phytothérapie du moment, vous le trouverez en kiosque) mais c'est une expérience que vous pouvez aussi tenter au "feeling". Cela fait un bien fou. Ce contact homme-arbre est d'ailleurs souvent d'une grande aide pour les personnes malades. Prouvé par la science ou pas, cela a toujours existé et rien n'empêche de s'y essayer.

On me dira que c'est n'importe quoi, sauf que la science admet maintenant que le pouvoir de l'esprit sur la douleur est considérable et parfois plus puissant que les antalgiques habituels. C'est l'objet de l'article que nous publions cette semaine un peu plus bas. Parce que les anti-douleurs ne peuvent pas être une solution à long terme en raison de leurs effets secondaires. Alors méditation, respiration, hypnose peuvent-elles faire mieux ?